Ce site indépendant recense les bonnes adresses et bons plans sur la base de conseils de vrais Torontois. Notre sélection s'appuie sur des critères de qualité, de prix et d'originalité. Nous espérons qu'il vous fera voyager et découvrir la ville sous un angle différent ! Note : ce site n'est plus mis à jour depuis 2017.

S'INSTALLER À TORONTO

Toronto
Voici un petit guide à l'usage des voyageurs francophones souhaitant s'installer rapidement et sans encombres à Toronto.










SE LOGER RAPIDEMENT :
Un premier point de chute est indispensable pour ne pas dormir sous les ponts en arrivant. Il existe plusieurs auberges de jeunesse dans la ville, idéales comme point de départ mais un peu chères à la longue (les prix varient de 25$ en dortoir à 80$ en chambre privée). Nous conseillons Canadiana Backpackers Inn pour son rapport qualité/prix ou Planet Traveler pour plus de standing, toutes deux ayant une bonne situation centrale. Il y a également un groupe Facebook. Des sites comme CouchSurfing peuvent s’avérer très pratiques pour moins d'une semaine ou si votre hôte vous autorise à utiliser son canapé plus longtemps.


CHOISIR LE LIEU :
Le choix du quartier est très important à Toronto et il affectera beaucoup votre séjour ainsi que la manière dont vous percevrez la ville. Certains préfèrent s’éloigner du centre-ville pour profiter de prix plus avantageux au risque de s'isoler plus qu'autre chose. Croyez-nous, il est plus difficile de se motiver à sortir sur une base quotidienne si vous êtes à 1h du centre en transport que si vous êtes "downtown" à distance de marche ou de vélo. Et n'oubliez pas que vous n’êtes pas ici pour reproduire la routine du métro-boulot-dodo mais bien pour profiter de la ville et de tout ce qu'elle offre. Aussi, ne partez pas vivre dans les villes de banlieue (Mississauga, Markham, Newmarket) sauf si votre travail le nécessite. Elles n'ont aucun charme, ce sont des villes nouvelles, faites de tours et de maisons identiques plantées au milieu de rien, traversées par d'immenses avenues, où l'ensemble des distractions consiste à aller dans des bars ou des restos de centres commerciaux ou de bord de route...Encore une fois, vous êtes ici pour visiter et sortir, non pas pour vivre dans une ville dortoir.

Au fait, pourquoi Toronto ?
Il faut savoir qu'il y a cinquante ans cette ville n'avait que quelques immeubles et une zone industrielle, le reste étant exclusivement pavillonnaire. Suite à plusieurs votes sur l’indépendance du Québec, les grandes entreprises ont fuit Montréal pour Toronto, plus stable d'un point de vue politique. La croissance économique et démographique qui en résulta fut telle qu'il fallut construire vite ce qui donne cet aspect un peu patchwork à la ville. Mais cet accroissement ne s'est pas arrêté-là et on y dénombre actuellement le plus de gratte-ciels en construction de toute l’Amérique du Nord (le top 3 en 2012 : 147 pour Toronto, 72 pour New-York et 21 pour Vancouver, sources). Pas de quoi confondre Toronto avec New-York pour autant ! La quasi totalité de la ville est pavillonnaire et ne correspond pas à la description qu'on lui donne : une ville de ciment et de tours dans laquelle on ne fait que bosser. Il suffit, pour s'en convaincre, de monter en haut de la CN Tower un jour d’été et de regarder vers le nord. Arbres et pavillons sont largement majoritaires. Le centre ville est à taille humaine et on y croise souvent des gens que l'on connait. Les quartiers les plus sympathiques et dans lesquels vous traînerez le plus souvent sont entourés de maisons à deux étages. Néanmoins, la ville met de plus en plus de moyens pour embellir ses espaces publics. Pour avoir visité Montréal et Vancouver, il faut convenir que toutes les villes du Canada souffrent de cette période des sixties, époque à laquelle on construisait vite et...moche. Toutes ! Mais notez que Toronto est celle qui corrige cet effet avec le plus de ferveur (et d'argent !) et que de grandes améliorations sont en cours, notamment en bordure du lac et sur les axes les plus empruntés. C'est également la ville la plus moderne, notamment en termes de transports et d'infrastructures publiques. Son visage change constamment et le meilleur est à venir. Signalons aussi que viennent de s'ajouter au calendrier les jeux Panaméricains de 2015 (sorte de jeux olympiques) avec tout son lot de structures sportives en construction. On y vient pour profiter de son multiculturalisme (c'est la ville la plus cosmopolite au monde !), de son ambiance, de son dynamisme, de ses plages et de ses îles, de ses quartiers vintage voir hippie, de ses hipsters, de ses bars, de ses restos et de ses habitants vraiment charmants. Ainsi, Toronto se classe souvent dans le top 10 des villes les plus agréables à vivre sur Terre (sources : 1, 2, 3).

On peut très grossièrement diviser la ville en trois parties. La première (Ouest) s’étend à gauche de Yonge Street et au sud de Bloor Street. C'est la zone la plus convoitée car elle concentre un très grand nombre de points d’intérêts comme par exemple les grands axes commerçants de Bloor, Queen, King, College, etc. ainsi que les centres culturels importants que sont les musées, galeries et, bien sur, l’Université de Toronto. La deuxième grande zone (Est) occupe la partie droite de Yonge et le sud de Danforth (prolongement de Bloor). Cet ensemble de quartiers est historiquement plus ou moins rattaché au port et a vu bon nombre de maisons d'ouvriers se construire. Pour une raison inconnue, peu de grands travaux ont été réalisés pour rajeunir cet arrondissement sauf, peut être, près du centre-ville. En revanche, le quartier des Beaches est agréable et on retrouve la majeure partie des commerces de l'Est le long de Queen et de Danforth. On pourrait définir la dernière grande zone (Nord) comme étant tout ce qui se trouve au nord des rues Bloor et Danforth. On y trouve la plupart des nouveaux quartiers de la ville, principalement articulés autour des grands axes que sont Yonge, St Clair et Eglinton. De ce gros découpage se distinguent une multitude de petits quartiers de natures très différentes ayant chacun leur propre attrait. Bien entendu, la majorité des logements en zones Est et Nord est moins chère. On conseille, pour être vraiment bien situé et proche de tout, la partie ouest.


Voici une carte qui représente grossièrement les axes commerçants de Toronto :
Cliquer sur l'image pour voir en grand (et voir tout le travail technique qu'il y a derrière !).


Voici notre top 5 des quartiers à vivre, en expliquant pourquoi :
- The Annex : c'est le quartier pavillonnaire au nord de Bloor entre Bathurst et Spadina. Beaucoup de verdure et de belles maisons et surtout une rue Bloor pleine de commerces, de restaurants et de bars pas chers.
- Queen Street West : entre University et...Roncesvalles. Oui c'est grand mais toute cette partie de Queen concentre tellement de commerces, de sorties et de vie qu'il vaut mieux en être proche. Vous y traînerez une bonne partie de votre séjour ! On peut aussi y trouver des lofts pas trop chers. Principal défaut, seuls les tramways desservent le quartier.
- Spadina/Chinatown/Kensington Market : des quartiers agréables à faire au quotidien (surtout Kensington), vous y ferez une bonne partie de vos courses, mais il faut se tenir à distance des axes principaux car trop bruyants et...odorants en été. Attention aux logements vétustes.
- Little Italy : sur College street, entre Bathurst et Ossington, est, comme son nom l'indique, un îlot de dolce vita au milieu de la ville. Beaucoup de restaurants italiens évidemment, des bars aussi et une bonne ambiance les soirs et week-end.
- Greek Town : sur Danforth entre Broadview et Pape Avenue. Essentiellement des restaurants Grecs mais aussi de cuisine d'Afrique du Nord et des commerces pas chers. Les prix de l’immobilier sont moins chers. Attention aux logements vétustes.


D'autres quartiers peuvent valoir le coup comme ceux de Roncesvalles, de Leslieville, de Parkdale ou encore de Little Portugal et qui offrent une vraie vie de quartier avec de nombreux restaurants, bars, etc.


Les quartiers à éviter :
Sherbourne (c'est des tours un peu ghetto), le nord de la station St Clair West (trop loin), le nord de la station Eglinton (trop loin) et l'Est de la station Woodbyne (trop loin et ghetto).


La proximité avec les transports en commun est un autre élément important à prendre en compte. Il est préférable de se trouver à moins de 10 minutes à pied du métro. C'est le moyen de transport le plus régulier et le plus rapide de Toronto et il vous permettra de parcourir la ville d'un bout à l'autre en une heure de temps. Le réseau de bus et de tramway, quant à lui, dessert la plupart des axes transversaux mais on s'expose notamment au froid, qui peut rendre la vie vraiment difficile en hiver. Sans parler des embouteillages et autres changements de parcours dont ils sont souvent assujettis. Voir le site de la TTC pour plus de détails.

Tout savoir sur les modes de transport à Toronto.


LES OUTILS EXISTANT POUR TROUVER UN LOGEMENT :
Internet est l'outil le plus rapide et le mieux fourni pour cette entreprise. Les deux plus actifs dans ce domaine sont Craigslist et Viewit. Un site bien pratique aussi : padmapper. On peut éventuellement consulter des sites comme PVTistes.net ou certains groupes de Facebook si les deux premiers ne suffisent pas. D'autres sont exclusivement spécialisés dans la colocation comme EasyRoommate.


LES DIFFÉRENTS TYPES DE LOGEMENTS :
Les appartements, appelés aussi condos, se divisent en deux catégories. Les premiers, généralement des immeubles récents (disons quarante ans), intègrent des amenities, i.e. des services au sein du bâtiment et accessibles aux résidents comme une piscine, une salle de gym, salle de fête, salle de cinéma, etc. Ces services ont un coût et représentent en moyenne entre 200 et 600$ de la valeur locative et est souvent compris dans la location. Les prix pour ces condos vont de 1200 à 2000$ par mois en moyenne. A l'instar, les appartements issus d'immeubles n’intégrant pas ces services sont moins chers (entre 900 et 1300$ en moyenne).
Les maisons offrent trois choix de logement. Le premier, et si vos finances le permettent, est de louer la maison toute entière. C'est plutôt rare mais à l’écart du centre-ville on peut trouver des prix inférieurs à 2000$. Le deuxième choix est de louer un étage d'une maison. Ce sera le plus souvent la cave ou basement, comptez 800 à 1000$ en moyenne, puis 1200 à 1700$ pour les étages supérieurs. L'avantage d’être en maison est bien évidemment de pouvoir profiter du jardin, inutile en hiver mais Ô combien agréable en été.
La colocation est la solution la plus sujette aux imprévus et heureuses rencontres. Il faut compter entre 400 et 700$ pour une chambre. Petit hic, vous risquez de tomber assez facilement sur des endroits vraiment crades ou surévalués. Donc si vous rencontrez des gens propres, c'est déjà pas mal.


PARTIE ADMINISTRATIVE :
Divers documents ou moyens de paiement vous seront demandé selon l'importance de la valeur locative de votre logement. Certains auront besoin de vos références et contacteront vos anciens proprios ou votre entreprise, d'autres feront un criminal record check et/ou un credit history check. Mais avec un peu de chance une letter of employment ou un visa suffira. En règle générale, on vous demandera un chèque pour le premier et le dernier mois de location, puis un paiement tous les mois. D'autres, enfin, vous demanderont des paiements en liquide (pour certaines colocations) histoire de ne pas avoir à vous déclarer.


PETITES PRÉCAUTIONS :
Attention aux arnaques, que ce soit sur internet ou entre particuliers ! Certains n'auront pas de scrupules à vous faire payer des chambres presque insalubres à 900$ tout en vous faisant miroiter la proximité de l'endroit avec le centre-ville. Plus encore, une escroquerie fréquente sur les sites comme Craigslist fonctionne de la manière suivante : tout d'abord vous trouvez une annonce dont la photo, la localisation et le tarif semblent très satisfaisant. Vous sentez la bonne affaire et vous envoyez un mail disant que vous êtes intéressé. La personne vous répond qu'elle n'est pas en ville (souvent à New York ou Hawaï) mais qu'elle veut bien vous envoyer les clés contre un versement via la Western Union. A partir de là vous pouvez couper court aux discussions ou poursuivre en essayant d'inverser les rôles, au choix...
Le coût du chauffage en hiver, lié notamment au volume et à l'isolation de votre logement, peut faire tripler les charges. 
La présence d'un lave-linge/sèche-linge, gratuit ou payant ? Parfois certains propriétaires n’hésitent pas à facturer 2 voir 3$ l'utilisation !
La présence ou non de bed bugs, l'angoisse des dormeurs. Ils se logent dans les matelas pour vous piquer et vous filer des démangeaisons !


POUR S’ÉQUIPER : 
Meubles achetés ou ramassés, toutes les techniques sont bonnes pour équiper son logement. Toronto, comme d'autres villes du Canada, regorge de gens se séparant de meubles quasi neufs pour la simple raison qu'ils ne sont plus a leur goût, etc. Très bien, on les récupère ! On en trouve beaucoup proche des locaux à poubelle aux pieds des tours ou devant les maisons des quartiers plus tranquilles (en particulier dans the Annex). Il ne faut pas hésiter à les prendre, ça se pratique beaucoup dans le coin. En revanche, si l'on veut acheter des meubles d'occasion, le mieux sera Craigslist ou Kijiji. On conseille aussi de visiter le Value Village et son quartier autour de la station Lansdowne. Enfin, pour tout ce qui est neuf, vous vous rendrez compte rapidement que les magasins de meubles de Toronto sont hors de prix et vous finirez malheureusement par la solution IKEA. Leur magasin le plus proche se situe sur la ligne de metro Sheppard, à la station Leslie. Pour info, ils livrent en centre-ville. 
Accessoires de cuisine, de bain, etc. peuvent être achetés dans les nombreux magasins cheap de la ville. On conseille Dollarama, Honest Ed's et Chinatown dans divers boutiques sur Spadina et Dundas.
Déménager avec un van ou une camionnette est possible avec U-Haul.


Voila, à présent il ne vous reste plus qu'à vous installer confortablement dans votre nouveau fauteuil préféré et de vous demander quel sera le prochain resto ou bar que vous ferez ! 

Nous avons aussi une page dédiée aux démarches administratives, un article vous explique les différents modes de transport de la ville et un guide touristique de Toronto.

Vous êtes les bienvenus pour partager votre expérience dans les commentaires ci-dessous.

One Response so far.

  1. Alex says:

    Un site pas mal aussi qui agrege craiglist , kijiji and co : https://www.padmapper.com/ et ensuite place les aparts sur une carte !

Leave a Reply