Ce site indépendant recense les bonnes adresses et bons plans sur la base de conseils de vrais Torontois. Notre sélection s'appuie sur des critères de qualité, de prix et d'originalité. Nous espérons qu'il vous fera voyager et découvrir la ville sous un angle différent ! Note : ce site n'est plus mis à jour depuis 2017.

PARC PROVINCIAL D'ALGONQUIN

parc provincial d'algonquin
Situé à 3h de route au nord de Toronto, le parc provincial Algonquin est une destination incontournable pour observer la beauté et la richesse de la faune et de la flore canadienne. Sa superficie de 7.700 km2 offre une multitude de paysages que l'on vient explorer en randonnée, en canot ou à vélo à la belle saison, et en ski de fond et raquettes pendant l'hiver. Ses principaux points d'accès se situent le long de la route 60 mais également via des sentiers et routes forestières tout autour du parc. Avec plus de 2400 lacs et 1200 km de cours d'eau, il est surtout connu mondialement pour le canot-camping, autrement dit, l'expérience par excellence du camping au Canada.

Infos pratiques

Le parc est accessible tout au long de l'année. Pour s'y rendre, on conseille d'emprunter l'autoroute 400, puis de passer par Huntsville pour prendre la route 60 qui traverse le parc d'est en ouest sur 56 km. Aux deux extrémités se trouve un centre d'information qui vous renseignera sur les circuits disponibles, les campings et la présence d'animaux. C'est aussi ici qu'il vous faudra payer l'entrée à $14 par véhicule par jour (sauf si vous ne faites que le traverser). Si vous y venez pour camper, il faut vous rendre à l'entrée de votre camping pour retirer le pass. Le document est à mettre derrière le pare-brise durant tout le séjour. On trouve aussi à l'intérieur du parc un centre d'accueil des visiteurs d'Algonquin, une épicerie-snack, une mini-station essence et des boutiques de location d'équipements.

A quel moment visiter le parc ?

Le parc se visite en tous temps et il change de visage à chaque saison.
- Printemps (avril - mai) : c'est, selon nous, l'époque idéale car il ne fait pas encore trop chaud, il n'y a aucune bestiole volante ni aucun randonneur, les campings sont disponibles (les nuits peuvent être bien fraîches), mais c'est surtout le meilleur moment de l'année pour observer les animaux sauvages qui viennent très nombreux près des circuits de rando et des lacs.
- Été (juin - septembre) : c'est la période la plus chaude et la plus convoitée des visiteurs. Il faut parfois s'y prendre 2 à 3 mois à l'avance pour réserver les emplacements de camping en week-end (contre quelques jours pour les dates en semaine) et encore plus pour les weekend à jours fériés, les sentiers sont plus encombrés par les randonneurs et il est plus difficile de voir les animaux. En revanche, l'eau des lacs est plus chaude et invite à la baignade. C'est surtout niveau bestioles volantes que vous serez servis. Tout y passe et en grande quantité (moustiques, mouches noires, taons, mouches à chevreuil). Mais rassurez-vous, la saison des moustiques va de mi-mai à mi-juillet. Donc à partir de début août vous serez bien plus tranquilles.
- Automne (septembre - novembre) : avant que les feuilles ne tombent, le parc est paré de couleurs magnifiques à la mi-septembre (bien plus tôt que vers Toronto) et est encore plus photogénique que d'habitude, on croise encore des animaux mais beaucoup moins de touristes et d'insectes.
- Hiver (décembre - mars) : une saison à ne surtout pas négliger, au contraire. La forêt est recouverte d'un manteau blanc épais de 40 cm en moyenne. On y voit les traces de passage d'animaux, de très belles cascades de glace, on peut marcher sur les lacs, faire du ski de fond, du chien de traineau, des randos avec ou sans raquettes, du camping d'hiver, etc.

Les campings "développés" du parc

Le parc dispose de 14 campings développés dont 3 dans la partie nord. Notre préférence va pour le camping de Canisbay Lake, qui dispose d'un nombre important d'emplacements, d'une situation éloignée par rapport à la route 60 et surtout d'une magnifique plage de sable accompagné d'une étendue d'herbe en bordure du lac, idéale pour les pique-niques et pour se prélasser au soleil entre deux randos. Sur place se trouve également un loueur de canots. Un comparateur permet de voir rapidement ce que chacun des campings propose et les réservations peuvent se faire ici sur internet. Il faut compter en moyenne $100 pour un emplacement pour deux nuits, tarif constant que vous ayez une à trois tentes et que vous soyez 1 ou 6 personnes (dépendamment de la capacité d’accueil du site). C'est au camping que vous obtiendrez votre pass véhicule (prendre un pass pour chaque voiture si vous en avez plusieurs).


Vue de la plage de Canisbay Campground.
 

 Exemple d'un site avec sa table et son foyer.

Camper dans l'arrière-pays (canot-camping)

Pour vivre une expérience complète du parc Algonquin il faut nécessairement passer par là. Même si vous n'êtes que novice en la matière, tout est suffisamment bien indiqué pour que votre séjour se passe à merveille. Le concept est le suivant : vous réservez votre parcours (d'abord en appelant le parc en composant le numéro 705-633-5572 pour localiser le lac avec la carte du parc sous les yeux, puis le +1-888-668-7275 pour la réservation finale), vous louez votre matériel, vous vous présentez à un poste de gardes forestiers proche de votre point de départ, vous y payez un droit de camping de $12 en cash (pas de cartes !) par personne et par jour (en plus du droit d'entrée du parc de $14 par voiture et par jour), vous leur indiquez autour de quel(s) lac(s) vous allez dormir et puis vous partez en canot avec votre équipement. Attention, le nombre de campements situés sur chaque lac est limité. Il faut donc arriver le plus vite possible au risque de se retrouver à devoir prendre un emplacement tout au fond du lac ou loin du chemin initial. Il faut parfois parcourir longtemps les rivages avant de trouver un emplacement disponible donc prenez en compte ce temps supplémentaire dans votre parcours. On repère les sites facilement par leur pancarte orange. Ils sont simplement constitués d'un terrain dégagé, d'un emplacement pour le feu et d'une toilette sèche. Notez qu'il y a un maximum de 9 personnes par emplacements (et de 3 pour les tentes). Une carte très précise montre tous les terrains de camping du parc ainsi que les parcours de portage de canots pour y accéder. Les distances de portage sont indiquées en rouge par la lettre P suivie du nombre de mètres. Faites très attention au choix du parcours, ne prévoyez pas trop long ! Un portage de 1 km peut déjà prendre jusqu'à 1h si vous êtes trop chargés et que vous devez faire plusieurs allers-retour (contre 20 min si vous voyagez léger). Pareil, si vous traversez un lac avec un vent de face, les durées peuvent tripler...Mais le mot d'ordre est surtout de voyager léger. Laissez donc tout ce qui n'est pas indispensable dans la voiture et remplacez tout ce qui est lourd ou encombrant par son équivalent petit et léger (les bouteilles d'eau par une pompe filtrante, le petit déjeuner continental par des barres céréales, les bières par des cubis de vin, les fruits par des fruits secs, etc.). Les contenants en verre et boîtes de conserves sont interdits car le parc demande à ce que toute marchandise apportée puisse être brûlable sur place si besoin (vous pouvez les transférer dans des tupperware). Même si vous êtes bien équipés, prévoyez de louer un baril de nourriture pour protéger vos aliments d'éventuels ours et autres habitués du parc. Et bien sûr, ne laissez aucuns déchets derrière vous. 
Il existe des loueurs de canots et d'équipements de camping à l'intérieur et à l'extérieur du parc. Les principaux sont Algonquin Outfitters, Algonquin Bound Outfitters et Opeongo Outfitters. Côté prix ils sont tous alignés aux alentours des $50 par jour par canot (vestes et pagaies comprises). Vous pouvez également leur demander des séjours clé-en-main comprenant la location du camping, du matériel et des canots directement livrés au départ du portage. Voici un aperçu sonore de ce que vous entendrez en vous endormant le soir. Les bruits aigus sont des grenouilles, ce qui ressemble à un hurlement de loup est en fait le cri des loons, une sorte de canard noir à poids blancs.

 Un emplacement le long de Shirley Lake.

Crotch Lake.
 
Si le camping ne vous plait pas

Il existe plusieurs endroits pour se loger confortablement sans se ruiner mais ils sont à l'extérieur du parc. On conseille l'auberge de jeunesse de Maynooth dont nous avons déjà parlé ici et aussi le Wolf Den Bunkhouse. 

Algonquin Backpackers, l'auberge de jeunesse de Maynooth.

Les randonnées conseillées le long de la route 60

On trouve une quinzaine de randonnées accessibles depuis la route 60. Si vous n'avez pas peur de la marche nous vous en conseillons quatre. La Mizzy Lake est celle qui vous fera rencontrer le plus d'animaux. Elle fait 10.8 km et présente l'avantage de traverser des écosystèmes différents. On peut y voir des orignaux, des biches, des tortues, des castors, etc. Compter 6h pour la faire, avec une escale au point 9 pour manger. La Centennial Ridges est vraiment la plus spectaculaire. Ce sentier de 10.4 km se faufile le long d'une falaise et permet d'avoir une vue à 360 degrés du parc. La Booth's Rock, un mélange des deux précédemment citées mais en plus petit, avec ses 5.1 km qui se font en 3h. Enfin, la Hemlock Bluff, plus courte avec seulement 3.5 km, offre une variété intéressante de paysages sans forcer sur les molets. Évitez les petites randos, plus destinées aux enfants, elles sont trop courtes et ne s'enfoncent pas assez dans la forêt.


Cliquer pour voir en grand (ne faites pas attention aux ratures). 

Vue depuis la randonnée Booth's Rock.

Animaux que l'on peut observer à Algonquin
  
Algonquin renferme une très importante population d'orignaux mais ils ne sont pas forcément toujours visibles et plusieurs excursions sont parfois nécessaires pour enfin en croiser un. La période de mars à mai, à la fonte des neiges, est la plus propice. En effet, au sortir de l'hiver les orignaux en manque de sels minéraux viennent lécher le bord des route. Vous pourrez donc en croiser un bon nombre juste en traversant le parc en voiture ! Les meilleurs endroits pour observer les orignaux sont sur la randonnée de Mizzy Lake, notamment aux points 7 et 9 du parcours. En règle générale, on aperçoit les animaux presque exclusivement le long des rivières, lacs, marécages, etc. donc ne pas arriver en parlant trop fort quand vous en voyez.
Il y a d'autres espèces sur lesquels il ne vaut pas mieux tomber comme les loups et les ours (2000 ours dans le parc soit un ours tous les 3-4 km2) mais ils sont plus rares. Mais pas de quoi avoir peur pour autant, la dernière attaque d'un ours remonte à 1991. Il semble même que la partie la plus dangereuse du parc se trouve en fait être la route 60 à cause des accidents de...voitures. Dans sa globalité, le parc renferme pas moins de 53 espèces de poissons, 31 espèces de reptiles et d'amphibiens, 272 espèces d’oiseaux, 53 espèces de mammifères et surtout 7000 espèces d'insectes. Voici ce que l'on peut y trouver :

Un jeune orignal vers March Hare Lake le long du chemin Mizzy Lake. On en compte environ 3500 dans le parc.


Un castor le long de la route en direction d'Opeongo Lake.


Deux biches sur le sentier de Mizzy Lake.


Une tortue prend un bain de soleil, Mizzy Lake. On en compte environ 500.


Un Tétras du Canada, Mizzy Lake.


Un chipmunk, certainement ce que vous verrez le plus....

LIENS UTILES

Site officiel (un peu léger) : http://www.ontarioparks.com/english/algo.html

Site des amis du parc (un peu plus complet) :  http://www.algonquinpark.on.ca/

Pour tout savoir de la faune et la flore : http://www.sbaa.ca/default.asp

Pour s'équiper en matériel de camping : http://www.bonsplanstoronto.com/2012/05/mec-canadian-tire-materiel-de-camping.html

Pour avoir la météo officielle du parc : http://weather.gc.ca/city/pages/on-29_metric_e.html 

Pour suivre l'avancée des couleurs automnales : http://www.parkreports.com/fall/french/


View Larger Map

One Response so far.

  1. y2h says:

    Très bon article, merci beacoup.

    Saludos desde España :-)

Leave a Reply